La Littorale #8 – Biennale d’Art Contemporain d’Anglet

La Littorale #8 – Biennale d’Art Contemporain d’Anglet

Lauranne Germond, directrice de COAL, est commissaire de la 8ème édition de La Littorale, la Biennale d’art contemporain d’Anglet. Cette édition intitulée « l’Écume des vivants » se déroulera du 7 août au 31 octobre 2021. Douze artistes investissent la plage et y célèbre la vie et le mouvement, la poésie et le vivant, dans un monde anthropisé.

À l’image de l’écume, le vivant est fragile mais aussi volatile, agile et en perpétuel renouvellement. Sous la direction artistique de Lauranne Germond – COAL, cette édition entend réveiller nos sens et remuer nos consciences, nous rappelant ainsi notre condition de vivants parmi le vivant.

Avec les artistes Art Orienté Objet, Martine Feipel & Jean Bechameil, Jérémy Gobé, Elsa Guillaume, Séverine Hubard, Angelika Markul, Mioshe alias Antoine Martinet, Laurent Pernot, Bélen Rodriguez, Stéphane Thidet, Laurent Tixador et Jacques Vieille.

Ces douze artistes sont ainsi invités à se confronter à l’océan et aux sites exceptionnels de la Chambre d’Amour et de La Barre- Parc écologique Izadia, là où se rencontrent dunes du littoral atlantique, falaises de la Côte basque, forêt de pins et embouchure de l’Adour. La Littorale devient alors une proposition autant plastique que scénique captivant l’attention du spectateur et l’invitant à converser avec les œuvres.

Les quatre kilomètres de plage d’Anglet s’étirent entre les dernières dunes de la côte atlantique et les premiers contreforts de la chaîne des Pyrénées. C’est la roche de ces montagnes, d’abord fragilisée par l’érosion, puis transportée depuis les sommets jusqu’à l’Adour qui, s’effritant peu à peu, en a formé le sable. Un littoral, comme tant d’autres, où s’est écrite l’histoire du vivant. Car c’est à ce point de jonction entre milieux aquatiques et terrestres que s’est diversifiée la vie, il y a quelques milliards d’années.

Sur ce linéaire de côte, battu par les vents et les vagues, les humains ont combattu pour enraciner l’essentiel de leurs activités : planter des forêts pour stabiliser et assainir les zones humides ; les exploiter pour l’architecture navale, en vue de conquérir de nouveaux territoires et de chasser la baleine jusqu’à la faire disparaître de ces eaux au cours du XVIIe siècle ; endiguer l’embouchure de l’Adour pour y fixer et y bâtir un port en eaux profondes dédié à l’exportation ; bétonner les sols pour atteindre les standards d’une agglomération balnéaire en plein essor ; assembler des brise-lames en n et rabattre chaque jour du sable depuis le large, pour maintenir coûte que coûte ces plages nécessaires aux activités touristiques.

Au terme de cette longue histoire, quatre kilomètres d’écosystème profondément transformé qui, malgré l’apparente et omniprésente puissance de l’océan, projettent milieux, espèces et espaces dans un avenir incertain.

 

 

Dans ce parcours artistique, Lauranne Germond a voulu composer un poème sensoriel sur la diversité des formes de vie, raviver l’attention à la beauté, à la complexité du milieu côtier et à la nécessité d’inventer de nouveaux territoires partagés avec le vivant. Douze œuvres comme déposées par les vagues le long du littoral se mêlent à douze points d’observation de particularités biologiques, géologiques et systémiques, créant un dialogue et un trouble entre œuvres de culture et de nature.

Au fil de l’eau, les artistes ont imaginé des formes évanescentes, contemplatives, surprenantes qui réagissent aux spéci cités du littoral, à son histoire, à ses ressources et aux richesses de son écosystème. Elles côtoient le vivant agile et résilient qui se maintient à flanc de falaise : lys des sables, protégé, enraciné sur des friches en front de mer rendues inconstructibles, rares chiroptères qui nichent encore parfois dans la grotte de la Chambre d’Amour et nuées de vanneaux huppés qui s’arrêtent pour la nuit dans les eaux saumâtres du parc écologique Izadia.

Le littoral d’Anglet devient, le temps de la biennale, le décor à la fois naturel et ctif d’une odyssée dans les méandres du vivant, où s’esquisse le grand cycle de la matière et de sa métamorphose.

Informations pratiques
Dates : Du samedi 7 août au dimanche 31 octobre 2021
Lieu : En plein air sur le littoral d’Anglet, deux parcours l’un à la Chambre d’Amour et l’autre à la Barre-parc écologique Izadia
Venir à Anglet : À  4 h de train de Paris. À 2 h de voiture de Bordeaux. Anglet est la troisième ville du département des Pyrénées-Atlantiques (40 000 habitants). C’est une station balnéaire réputée pour son environnement naturel (4,5 km de littoral, forêt), point de départ idéal pour découvrir le Pays basque et les villes limitrophes de Biarritz et Bayonne.
Tarif : l’accès, les visites, les rencontres et les ateliers sont gratuits.


A voir aussi

LE CHANT DES FORETS, MAIF Social Club, Paris
FORUM « WHERE TO LAND » AU THÉÂTRE DU MAILLON
Contre-Temps à l’Abbaye d’Ambronay

  • À propos
    À propos

    COAL mobilise les artistes et les acteurs culturels sur les enjeux sociétaux et environnementaux et accompagne l'émergence d'une nouvelle culture de l'écologie à travers ses actions telles que le Prix COAL, le commissariat d'exposition, le conseil aux institutions et aux collectivités, la coopération européenne, et l'animation de conférences, d'ateliers et du premier site dédié Ressource0.com



  • PRIX COAL
    PRIX COAL

    COAL remet chaque année le Prix COAL Art et Environnement, depuis 2010, et le Prix étudiant COAL - Culture & Diversité, depuis 2020.



  • Grands projets
    Grands projets

    Des grands projets liés aux rendez-vous forts de l’écologie politique, en lien avec des environnements naturels ou urbains.



  • Direction artistique
    Direction artistique

    Une cinquantaine d'expositions partout en France, des actions culturelles, des oeuvres dans l’espace publique et des accompagnements de projets pour contribuer à l'émergence d'une nouvelle culture de l’écologie.



  • Partage
    Partage

    Programmes de coopération à l’échelle européenne et internationale, soutien des institutions dans leur transition écologique à travers de l’accompagnement sur mesure, la formation, rayonnement des enjeux arts et écologie via des publications et de nombreuses conférences et ateliers.