Search
Generic filters
SOLS FICTIONS – Expériences art et science, Domaine de Chamarande

SOLS FICTIONS – Expériences art et science, Domaine de Chamarande

Le LAB, laboratoire de la culture durable imaginé et lancé par COAL en juillet 2015, réunit pour sa première session, sous le parrainage de Nathalie Blanc, les artistes Yesenia Thibault-Picazo et Anaïs Tondeur et les scientifiques Marine Legrand, Alan Vergnes et Germain Meulemans, autour de la thématique des sols. L’exposition « Sols Fictions », qui en découle, est le résultat de ces neuf mois de recherches et d’échanges transdisciplinaires au sein du LAB qui nous livre une vision poétique et inédite de nos sols contemporains.

Longtemps les sols ont été perçus comme un simple support inerte et statique, une ressource inépuisable, un matériau infiniment manipulable. Or, en réalité, il s’agit d’un milieu mouvant, vivant, aujourd’hui fragilisé en raison des activités humaines.

Milieu de vie de très nombreuses espèces animales et végétales, le sol est aussi le support des paysages et une réserve génétique extrêmement riche.
D’une forte portée culturelle et sociale, il constitue également le support des activités humaines, le milieu de conservation des vestiges archéologiques et de mémoire des conditions climatiques et biologiques passées, une source de matériaux de construction, de combustibles, de minerais et de pigments.

Pour retrouver nos liens avec les sols et renouer un dialogue fructueux avec eux, le LAB propose de lier les diverses disciplines qui y ont trait. Sciences naturelles et sciences sociales, art et artisanat ; de l’étude de la faune du sol à celle des rituels de fertilisation, aujourd’hui de nombreuses manières de s’intéresser aux sols coexistent, sans forcément dialoguer. Pour entamer la discussion, le parti pris du LAB a été d’imaginer que la séparation des disciplines n’avait jamais eu lieu. L’exposition « Sols Fictions » prend ainsi la forme d’un cabinet imaginaire de « chercheur » des sols, révélant un ensemble d’expériences nées du mélange de différents types de savoirs des sols. Fruit d’une exploration collective, elle se présente comme une expérience à vivre, un parcours visuel, sonore et olfactif qui permet à tout un chacun de s’interroger sur nos sols urbains.

À la croisée de l’art et de la science, par le biais d’un ensemble d’installations, de performances, d’ateliers à destination des publics, de vidéos, de textes et d’objets, entre fiction et expérimentation, les résidents du LAB vous invite à mener avec eux l’enquête des sols de l’Anthropocène, en entremêlant, par l’imaginaire, les approches, les méthodes et les outils, tout en gardant les pieds sur terre.

Exposition du 27 mars au 29 mai à l’orangerie du domaine de Chamarande

— Rendez-vous le samedi 28 mai à 15h à l’orangerie pour le finissage de l’exposition avec un goûter autour des notions scientifiques des sols animé par les résidents —

© Anaïs Tondeur, extrait du film, L’homme qui creuse

Les sols

Écosystème complexe, vivant et organisé, le sol remplit des fonctions systémiques de production d’aliments, de fibres et d’énergie, de régulation des flux et de la qualité de l’eau, de recyclage des matières organiques exogènes qui contribuent au stockage de carbone, à la mise à disposition d’éléments nutritifs et à la régulation des gaz à effet de serre et de l’évolution climatique.

Prise de vue de lames d’étude des sols à l’ENSAIA de Nancy © Yesenia Thibault-Picazo

Le sol est aussi le milieu de vie de très nombreuses espèces animales et végétales, le support des paysages et une réserve génétique (de nombreux antibiotiques sont notamment produits par des champignons du sol).

Au-delà de ses qualités écosystémiques, le sol a une forte portée culturelle et sociale : il constitue le support des activités humaines, le milieu de conservation des vestiges archéologiques et de mémoire des conditions climatiques et biologiques passées, une source de matériaux de construction, de combustibles, de minerais, de pigments….

L’année 2015 a été désignée année internationale des sols par la FAO – l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Les résidents du LAB – Les Sols au Domaine départemental de Chamarande

Le LAB

Le LAB développe des partenariats internationaux culturels et scientifiques, en lien avec les recherches conduites par le Domaine de Chamarande sur le contexte local et les grands enjeux du territoire auxquels s’associent notamment l’art et les sciences. Ainsi le réseau culturel européen Imagine 2020, soutenu par l’Union Européenne est partenaire du LAB. Le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris et les chercheurs de l’Université Aberdeen s’associent également aux actions menées dans le cadre de la thématique annuelle sur les sols.

EN SAVOIR PLUS

Alan Vergnes tenant une cuillerée de terre de Chamarande – © Yesenia Thibault-Picazo

Les résidents du LAB – Les Sols

• Yesenia Thibault-Picazo
Diplômée de l’École Duperré de Paris et titulaire du master Material Futures de Central Saint Martins de Londres, Yesenia Thibault-Picazo est une plasticienne multidisciplinaire. Elle est designer et se définit comme une conteuse de matériaux. Son travail est à la jonction entre les pratiques artisanales et les questions environnementales, des frontières où le design se révèle être un puissant outil d’investigation pour comprendre l’évolution de notre lien à la nature. Elle collabore, par ailleurs, avec des géologues, des océanographes, des anthropologues et des artisans. Depuis 2013, elle présente régulièrement ses productions dans des institutions internationales (Les Abattoirs – FRAC Midi-Pyrénées, Deutsches Museum de Munich) ou dans des festivals et salons de design (Londres, Milan, Eindhoven).

• Anaïs Tondeur
Le travail artistique d’Anaïs Tondeur s’appuie sur une exploration de l’interface entre faits et fiction, art et science, mémoire et perception, espace et temps. Sa pratique, dominée par les techniques du dessin, de la photographie, des installations et des nouveaux médias, l’amène à s’intéresser aux questions de l’évolution des savoirs et à l’impact de l’humain sur son environnement. À ses expéditions réelles ou fictives s’associent des scientifiques dans les domaines de la physique, des sciences de la terre et de l’espace, et aussi des compositeurs, écrivains et artistes.
Anaïs Tondeur obtient son master au Royal College of Art  (Londres, 2010) après avoir étudié à Central Saint Martins (Londres, 2008). Elle a été artiste en résidence dans plusieurs laboratoires scientifiques à l’Observatoire de l’Espace, (CNES, 2015) à l’ Université Pierre et Marie Curie et au Muséum d’Histoire National Naturelle dans le cadre du projet Demain, le Climat (2015) et dans les laboratoires d’hydrodynamiques de l’Ecole Polytechnique (LadHyX, CNRS, France 2013-15) et de Cambridge (DAMTP, UK, 2014). Ses recherches ont été présenté lors d’expositions personnelles et collectives en France et à l’étranger .
Son travail est représenté en Angleterre par la galerie GV Art.

• Marine Legrand
Docteur en anthropologie de l’environnement au Muséum national d’Histoire naturelle, Marine Legrand étudie la diversité des formes de cohabitation entre citadins, animaux et plantes. Elle s’intéresse aux relations entre pluralité des imaginaires, construction des savoirs et pratiques d’aménagement. Pendant sa thèse elle s’est penchée sur l’émergence de la conservation de la biodiversité comme objectif d’aménagement des parcs et jardins publics. Adepte des passages de frontières, elle a une formation universitaire en écologie et en anthropologie. Elle pratique le dessin et l’écriture de fiction pour apprivoiser différemment les liens entre les vivants.

• Germain Meulemans
Germain Meulemans est doctorant en anthropologie à l’Université de Liège et à l’Université d’Aberdeen, où il fait partie du projet Knowing From the Inside de Tim Ingold. Il s’intéresse aux environnements anthropisés et aux implications épistémologiques et méthodologiques que leur étude amène en sciences naturelles et en sciences sociales. Sa thèse porte sur les sols urbains, qui font aujourd’hui l’objet d’un intérêt nouveau dans les mondes de la science des sols et de l’aménagement urbain. Il a réalisé des terrains ethnographiques auprès de chercheurs en science des sols, d’ingénieurs écologues, de jardiniers urbains et de géotechniciens. Ses enquêtes portent autant sur des humains que sur des matériaux, leurs flux et leurs multiples plis, et il s’intéresse à l’art et la curation en tant que manières de prolonger le travail ethnographique. Sa thèse est financée par le FNRS (Belgique).

Alan Vergnes

Docteur  en  Écologie  depuis  2012,  Alan Vergnes Alan  Vergnes  est  assistant temporaire d’enseignement et de recherche à l’université Montpellier 3 Paul Valéry et au Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Évolutive. Il étudie comment les géants du sol que sont les vers  de  terre  et  les  fourmis  réagissent  aux  modifications  de l’environnement. Depuis plusieurs années, il applique cette démarche  aux  sols  urbains  qui  présentent  des  caractéristiques souvent  inédites  liées  à  un  impact  extrême  des  activités  humaines et dont la faune reste très mal connue. Dans le cadre de ses recherches, il pratique le dessin et la photographie nature.

À l’écoute de « Sols Fictions »…
Émission Le Miroir des Sciences, « De la Terre à la Lune et retour », Vendredi 1er avril, de 10h à 11h – Aligre FM

Nathalie Blanc : écouter
© F.Legrand/2016

Marine Legrand : écouter
© F.Legrand/2016


Infos pratiques :

Exposition du 27 mars au 29 mai à l’orangerie du domaine de Chamarande
> mercredi, 14h-17h
> samedi et dimanche, 13h-17h

— Rendez-vous le samedi 28 mai à 15h à l’orangerie pour le finissage de l’exposition avec un goûter autour des notions scientifiques des sols animé par les résidents —

Domaine départemental de Chamarande
38 rue du Commandant Arnoux 91730 Chamarande

Le site est accessible par
● RER C, depuis Paris direction St Martin d’Étampes (train ELBA), station Chamarande, à 200m du Domaine
● N20, entre Arpajon et Étampes, sortie Étréchy-Chamarande

 

Le Lab est mis en oeuvre grâce au soutien de l’Union Européenne dans le cadre du programme Imagine2020 dont COAL est membre depuis 2015.

 

 

Visuel : Expérimentations autour de la distillation des sols © Anaïs Tondeur

 


A voir aussi

FORUM « WHERE TO LAND » AU THÉÂTRE DU MAILLON
LE CHANT DES FORETS, MAIF Social Club, Paris
Contre-Temps à l’Abbaye d’Ambronay

  • À propos
    À propos

    COAL mobilise les artistes et les acteurs culturels sur les enjeux sociétaux et environnementaux et accompagne l'émergence d'une nouvelle culture de l'écologie à travers ses actions tel que le Prix COAL, le commissariats d'exposition, le conseil aux institutions et aux collectivités, la coopération européenne, et l'animation de conférences, d'ateliers et du premier site dédié



  • PRIX COAL
    PRIX COAL

    COAL remet chaque année le Prix COAL Art et Environnement, depuis 2010, et le Prix étudiant COAL - Culture & Diversité, depuis 2020.



  • Grands projets
    Grands projets

    Des grands projets liés aux rendez-vous forts de l’écologie politique, en lien avec des environnements naturels ou urbains.



  • Direction artistique
    Direction artistique

    Une cinquantaine d'expositions partout en France, des actions culturelles, des oeuvres dans l’espace publique et des accompagnements de projets pour contribuer à l'émergence d'une nouvelle culture de l’écologie.



  • Partage
    Partage

    Programmes de coopération à l’échelle européenne et internationale, soutien des institutions dans leur transition écologique à travers de l’accompagnement sur mesure, la formation, rayonnement des enjeux arts et écologie via des publications et de nombreuses conférences et ateliers.