Search
Generic filters
LES NUITS DES FORÊTS 2021 EN FORÊT DE FONTAINEBLEAU

LES NUITS DES FORÊTS 2021 EN FORÊT DE FONTAINEBLEAU

170 ans après la création des réserves artistiques par les peintres de Barbizon et les impressionnistes, les Nuits des Forêts ont réuni les 2, 3 et 4 juillet 2021 plus de 25 artistes et passionnés de la forêt à travers une riche programmation culturelle et sensible. Retour sur ce bel événement qui nous rappelle le pouvoir de l’art d’hier à aujourd’hui pour habiter les forêts et les préserver.

UNE PROMENADE ARTISTIQUE

 

Durant tout le week-end, les promeneurs ont été invités à marcher sur les traces de la riche histoire de la forêt de Fontainebleau et à redécouvrir le lien qui unit la forêt et la création artistique. Sur un sentier balisé aux alentours des anciennes réserves artistiques, ils ont pu aller à la rencontre des artistes plasticiens, qui à leur tour s’en inspirent et révèlent ses enjeux, ses richesses et ses beautés. Ils ont pu observer la sculpture en tourbe de Caroline Le Mehauté, forme ésotérique et immémoriale qui ravive notre sensibilité à l’élément terre, source du vivant ; lire, à même les feuilles d’un chêne, la nouvelle L’Aleph de Jorge Luis Borges, imprimée en creux par Jonas Delhaye à l’aide d’une tablette d’écriture artisanale, telle une formule secrète inscrite au cœur des choses du monde ; rencontrer les personnages fascinants de l’artiste Beya Gilles Gacha et la voir réaliser ses peintures performées, depuis le rituel jusqu’à la toile, grâce à des herbes et plantes médicinales récoltées puis traitées.

Glanant les odeurs des bois, Julie C. Fortier a confectionné des parfums connectés aux territoires, aux cycles du vivant, des saisons, de la lumière, et à l’histoire de la forêt de Fontainebleau qu’elle a partagé avec les visiteurs. Quant à Vincent Laval, il a composé avec les bois ramassés lors de ses marches dans les forêts, une sculpture buissonnante en forme de cabane, point d’orgue et de convergence entre l’humain et la forêt.

Des musiciens, chanteurs et autres performeurs sont venus également ponctuer cette promenade de leurs pratiques inspirées par les bois.

Enfin, à la tombée du jour, Les Lucioles d’Erik Samakh, installation spectaculaire et immersive en pleine forêt, se sont illuminées une à une, évoquant tout au long de la nuit la présence magique des insectes, mais aussi leur fragilité et leur disparition.

DES VEILLÉES ET DES MOMENTS PARTAGÉS

 

En fin de journée, la forêt de Fontainebleau a également accueilli des expériences collectives, veillées, spectacles et performances artistiques en forêt.

Veillée Quand l’art préserve la forêt
À la fois source de vie et ressource pour les vivants, lieu d’apaisement et nœud de tensions, terrain de rêverie et de convoitise, espace sauvage et objet de gestion, simultanément préservée et dévastée, puits de carbone et carbonisée, la forêt symbolise à elle seule les complexités buissonnantes, intemporelles mais brûlantes, du monde contemporain. Lors d’une veillée, les artistes, les historiens et les passionnés sont revenus sur le lien qui unit les artistes et la forêt, d’hier à aujourd’hui. Une veillée modérée par Joan Pronnier de l’association COAL, avec : Geoffroy Delorme connu sous le nom de l’homme Chevreuil Jean-Claude Polton de l’Association des Amis de Fontainebleau ; et les artistes Erik Samakh et Julie C. Fortier.

Spectacle Le feuilleton d’Artémis, de Murielle Szac
« Je suis Artémis, j’ai choisi de vivre sans contrainte dans les forêts, je suis entourée de compagnes qui ont fait le même choix que le mien et qui ne sont pas prêtes à suivre le modèle imposé par Aphrodite… Nos toilettes nous intéressent moins que courir dans les bois, l’amour n’est pas au centre de nos préoccupations. Et pourtant nous sommes toutes des femmes, oui, comme elle ! ». Un récit mythologique haletant au rythme des mélodies envoûtantes de la harpiste Elisa Vellia.

Performance Hors champ, d’Ivana Muller
Grâce à cette installation-performance les spectateurs ont pu investir « une colonie » constituée d’une dizaine de moustiquaires formant des tentes disséminées entre les arbres. Dans leur intimité, loin des regards, chacun a pu devenir interprète d’une conversation, d’une rencontre, qui questionne notre relation à la nature et à l’autre, l’idée de la survie, du loisir, et de la culture.

Performance La danse de Solstice par Le Corps Collectif
Les douze danseurs du Corps Collectif, porté par la chorégraphe Nadia Vadori-Gauthier ont investi les roches spectaculaires si caractéristique de la forêt de Fontainebleau pour une performance inédite, une danse organique et sauvage faisant écho aux rituels anciens qui sans doute eurent lieu ici même, dans la nuit des temps.

Performance La Cène, de Romina de Novellis
Tel un tableau de Léonard de Vinci, La Cène de Romina de Novellis a réuni autour d’un grand repas, une douzaine de femmes, professionnelles, féministes, et écologistes, artistes, curatrices, chercheuses, scientifiques, activistes. Partant de l’allégorie de la forêt, ces femmes, dans une performance participative et chorale, ont pris sa destruction comme symbole de la crise écologique et de l’exploitation de la nature par l’homme.

Quatre expériences en compagnie de Catitu Tayassu, chamane et spécialiste des cultures amérindiennes
Écouter les arbres, du mouvement des semences aux tiges, être attentif au mouvement microscopique, rentrer en connexion avec la métaphysique des sons des arbres, danser avec eux, converser sur l’animisme des arbres ; découvrir en résonance avec les religions afro-amérindiennes, l’oracle de 56 arbres sacrés, ou encore explorer le lien entre l’espace céleste et étoilée  de la nuit et celui de la terre sous les étoiles, Catitu Tayassu a partagé sa connaissance des arbres et de la nature et nous a convié à des expériences sensibles hors norme.

Performance Les Taupes, de Philippe Quesne
À l’occasion des Nuits des Forêts, des taupes géantes se sont extirpées de leur souterrain pour investir la grotte des Montusiennes, où ces drôles de mammifères ont décidé d’installer leur campement. Sous les yeux amusés des promeneurs, ces bêtes à poils ont tenté de créer un espace de vie commune. À travers ces doux animaux classés à tort dans la catégorie des nuisibles, le metteur en scène et plasticien Philippe Quesne a révélé une poétique du souterrain au cœur de la forêt.

DES EXPÉRIENCES DANS LA NUIT NOIRE

 

Promenade nocturne sur les traces des chevreuils avec Geoffroy Delorme auteur de l’Homme-Chevreuil
Les promeneurs ont pu suivre à la tombée de la nuit Geoffroy Delorme, auteur de l’Homme-Chevreuil (édition les Arènes) et partager l’expérience de celui qui vécut durant sept années dans une forêt de l’Eure avec les Chevreuils pour seuls compagnons.

Découvrir et observer des chauves-souris avec Alexandre Butin (ONF)
Grâce à un matériel d’écoute ultrason, les festivaliers ont fait connaissance, lors d’une sortie nocturne avec les chauves-souris, cet animal méconnu et fascinant.

La nuit des rêves, méditer sous les étoiles, avec Catitu Tayassu
Exploration du lien entre l’espace céleste et étoilée de la nuit et celui de la terre, avec la chamane et spécialiste des cultures amérindienne Catitu Tayassu

Une Balade contée dans la nuit noire avec l’artiste Erik Samakh, grand connaisseur des forêts au cœur de son installation lumineuse, Les Lucioles.

 

LE TRAVAIL DU BOIS

 

La chaîne du chêne, découverte des métiers du bois autour d’une scierie mobile
De l’abattage à sa transformation en passant par les opérations de débardage et de sciage, les festivaliers ont pu assister, avec Christophe Sallé et sa scierie mobile, à toutes les étapes de la transformation du chêne depuis l’arbre jusqu’au mobilier.

Réalisation d’un totem en bois avec Julien Colboc
Le sculpteur Julien Colboc a organisé la réalisation d’un totem, magnifiant un arbre mort en lisière de forêt, à proximité immédiate de la maison forestière du carrefour des 8 routes. L’artiste a usé et partagé ses savoir-faire ancestraux (haches, herminettes, planes) et contemporains (tronçonneuses, gravure laser) pour transformer sous nos yeux un morceau de bois brut en une œuvre colossale.

L’association Nuits des Forêts

Issue d’une réflexion collective entre acteurs de la filière forêt-bois et du secteur culturel et artistique, l’association Nuits des Forêts souhaite inviter la société à s’emparer de la question de la crise forestière, en initiant des actions de sensibilisation  et de mobilisation du public aux enjeux forestiers.
Une proposition artistique de Lauranne Germond (COAL) et Sara Dufour.

www.nuitsdesforets.com


A voir aussi

APPEL D’AIR : ATELIERS AVEC LA CLOCHE ET LE MASTER SPEAP ET l’EnsAD
LE COURLIS CENDRÉ PAR PHILIPPE BAUDELOCQUE
Appel d’air à la Nuit Blanche Métropolitaine de Nanterre

  • À propos
    À propos

    COAL mobilise les artistes et les acteurs culturels sur les enjeux sociétaux et environnementaux et accompagne l'émergence d'une nouvelle culture de l'écologie à travers ses actions tel que le Prix COAL, le commissariats d'exposition, le conseil aux institutions et aux collectivités, la coopération européenne, et l'animation de conférences, d'ateliers et du premier site dédié



  • PRIX COAL
    PRIX COAL

    COAL remet chaque année le Prix COAL Art et Environnement, depuis 2010, et le Prix étudiant COAL - Culture & Diversité, depuis 2020.



  • Grands projets
    Grands projets

    Des grands projets liés aux rendez-vous forts de l’écologie politique, en lien avec des environnements naturels ou urbains.



  • Direction artistique
    Direction artistique

    Une cinquantaine d'expositions partout en France, des actions culturelles, des oeuvres dans l’espace publique et des accompagnements de projets pour contribuer à l'émergence d'une nouvelle culture de l’écologie.



  • Partage
    Partage

    Programmes de coopération à l’échelle européenne et internationale, soutien des institutions dans leur transition écologique à travers de l’accompagnement sur mesure, la formation, rayonnement des enjeux arts et écologie via des publications et de nombreuses conférences et ateliers.