Search
Generic filters
PRIX ÉTUDIANT COAL – CULTURE & DIVERSITÉ 2020 : RENCONTRE AVEC CLARA HUBERT & THOMAS CANY

PRIX ÉTUDIANT COAL – CULTURE & DIVERSITÉ 2020 : RENCONTRE AVEC CLARA HUBERT & THOMAS CANY

Dans le cadre du Prix étudiant COAL – Culture & Diversité 2020, quatre projets d’étudiants ont été nommés pour figurer parmi les finalistes de cette première édition. Chaque jour, nous vous proposons une rencontre avec un des projets nommés.

Clara Hubert s’initie à la création avec le Théâtre Aloual Persona, intègre la CPGE Art&Design de l’École Duperré à Paris et devient, en 2018, assistante à la mise en scène et scénographe pour le projet Les Esprits Libres du Collectif Or NOrmes. Thomas Cany est ingénieur du son et éclairagiste depuis 2015 pour des concertistes classiques et des compagnies théâtrales, entre autres au Festival d’Avignon, au Théâtre de Gennevilliers et à l’International Visual Theatre. En 2018, il devient régisseur général de l’ENS de Lyon.

Ils se rencontrent en 2019 lorsqu’ils intègrent l’École du Théâtre National de Strasbourg. Explorant le lien entre technicité et nature, territoires et cultures, narration poétique et réalité écologique, ils mettent en synergie leur diversité pour inscrire leurs gestes vers une alternative durable.

PROJET NOMMÉ POUR LE PRIX ÉTUDIANT COAL – CULTURE & DIVERSITÉ 2020 : MOI VIVANT.E

Mise en réserve, confinement, migration, disparition. À Strasbourg, où vivent Clara Hubert et Thomas Cany, la Réserve naturelle de l’île du Rohrschollen – Rohr signifie roseau et Schollen, motte de terre – cohabite avec une zone industrielle portuaire. L’Union Européenne et la Ville ont investi 2 millions d’euros dans le projet Life+ pour restaurer ces forêts alluviales avec des crues artificielles. Nature et technique peuvent-elle s’accorder ?

L’ambivalence puissante de ce paysage inspire un laboratoire théâtral : Moi, Vivant.e.

Sur la berge du port industriel du Rhin, le duo détourne un conteneur qui devient un prisme pour la lumière naturelle : le Théâtre-Container. Sur l’autre rive, à l’orée de l’espace protégé, ils construisent sa réplique, le Théâtre-de-l’Ouvert, une structure de bois et de tissus. Deux spectacles s’y inventent en écho aux mutations d’une même terre. La présence et le jeu des comédiens s’appuient sur une création par un auteur in situ. Dans ces observatoires de la nature et de ses mouvements, les aléas inhérents au lieu écrivent avec eux la partition finale.

Moi, Vivant.e se fonde sur une économie circulaire et l’éco-conception. Par sa “pauvreté” technologique et sa machinerie, il souhaite faire l’éloge d’un théâtre technique sans consommation d’énergie. Les projecteurs sont fabriqués sans électricité, ayant pour seule source la lumière du soleil, mais cherchant à égaler la qualité de l’éclairage d’une scène contemporaine.

Le projet entend se réapproprier une tradition théâtrale – au sens étymologique : “lieu d’où l’on voit” – et propose une médiation entre le port, la Réserve naturelle et les habitants. Par cette traversée, il cherche à inspirer un sentiment de commune appartenance.

 

Quel est votre rapport, en tant qu’artiste ou à titre personnel, à l’engagement environnemental ?

Pour nous, la crise environnementale est indissociable de nos vies, elle nous impose un engagement. Dans un monde où, en tant que citoyens, nous ne trouvons pas notre place et où nous sommes souvent impuissants à agir, jouer avec les questions de décroissance, de protection et de durabilité nous permet de sortir furtivement de l’angoisse.

Notre volonté d’agir s’est cristallisée lorsque nous nous sommes rencontrés au Théâtre National de Strasbourg, et nous avons vu dans l’appel à projet du Prix étudiant COAL – Culture & Diversité une opportunité de mettre en œuvre nos idées.

L’engagement environnemental est souvent perçu comme une contrainte dans la création théâtrale, mais nous travaillons à nous l’approprier. Nous cherchons à produire, construire et diffuser autrement nos œuvres pour participer à la transition écologique. Nous nous retrouvons dans une situation d’expérimentation semblable à celle de l’adolescence, pleine d’idéalisme et d’incertitudes : nous essayons par le hasard, le risque et le jeu de construire notre orientation politique et environnementale.

Comment imaginez-vous le monde qui vient ?

Clara : J’imagine que le monde qui vient sera resté inchangé, ou devenu amorphe. Si l’humanité n’est pas encore asphyxiée, elle devra alors vivre « sous le manteau ». Le rire et l’imaginaire auront disparu, et avec eux toute possibilité d’échappatoire.

Thomas : Pour moi, il y a une urgence à agir parce qu’une opportunité s’offre à nous, le temps n’est plus seulement à l’imagination, mais à la mise en œuvre. Malgré l’angoisse générée par un monde insaisissable, ma seule certitude est que je ne m’y imagine pas seul.

Clara et Thomas : Nous ne savons pas comment sera le monde qui vient, mais nous le voulons meilleur. A deux, il est plus facile de transformer l’inertie de nos peurs et de nos espoirs en actes. Ainsi, c’est l’art dans sa relation au monde qui nous entoure, qui nourrit nos imaginaires et qui participe à la construction de l’avenir.

 

Image à la une : ©  Hubert/Cany, Photo sur site, 2020

 

 


A voir aussi

PRIX COAL ART ET ENVIRONNEMENT
PRIX COAL 2022 : LES LAURÉAT·ES
PRIX ÉTUDIANT 2022 : LE LAURÉAT

  • À propos
    À propos

    COAL mobilise les artistes et les acteurs culturels sur les enjeux sociétaux et environnementaux et accompagne l'émergence d'une nouvelle culture de l'écologie à travers ses actions tel que le Prix COAL, le commissariats d'exposition, le conseil aux institutions et aux collectivités, la coopération européenne, et l'animation de conférences, d'ateliers et du premier site dédié



  • PRIX COAL
    PRIX COAL

    COAL remet chaque année le Prix COAL Art et Environnement, depuis 2010, et le Prix étudiant COAL - Culture & Diversité, depuis 2020.



  • Grands projets
    Grands projets

    Des grands projets liés aux rendez-vous forts de l’écologie politique, en lien avec des environnements naturels ou urbains.



  • Direction artistique
    Direction artistique

    Une cinquantaine d'expositions partout en France, des actions culturelles, des oeuvres dans l’espace publique et des accompagnements de projets pour contribuer à l'émergence d'une nouvelle culture de l’écologie.



  • Partage
    Partage

    Programmes de coopération à l’échelle européenne et internationale, soutien des institutions dans leur transition écologique à travers de l’accompagnement sur mesure, la formation, rayonnement des enjeux arts et écologie via des publications et de nombreuses conférences et ateliers.